Bienvenue à tous sur Returns Girls, votre source sur les actrices Emma Watson, Kristen Stewart et Lily Collins depuis 2014. Vous trouverez ici toutes les nouveautés quotidiennes, photos, vidéos, traductions, dossiers, chroniques, partages, concours, et bien d'autres! Nous vous souhaitons une agréable visite sur le site.


2018 était l’année des femmes aux performances intrépides mais le blockbuster télévisuel de noël, ‘Les Misérables’, est la cerise sur le gâteau avec Lily Collins jouant Fantine. La voici qui navigue entre le champ de mines des rencontres millénaires, une température de -13° et la crise tardive de la vingtaine avec Josh Newis-Smith de Glamour.

« J’ai été ghosté plus de fois que je n’ose l’admettre » » confie Lily, akirs que nous discutons le champ de bataille qu’est une relation dans notre millénaire. Emmitouflée dans un sweet à capuche noir souple avec ses cheveux rejetés en arrière dans une queue de cheval et sans un trait de maquillage, Lily pourrait être n’importe quelle jeune femme de vingt ans et quelques.

En fait, le seul indice qui nous dirait qu’elle est une nominée aux Golden Globes qui a commencé à jouer à l’âge de deux ans, qui s’est taillé une place pour elle-même comme une star – dans des rôles variés dans ‘Rules Don’t Apply’, ‘Mirror Mirror’ et ‘Love, Rosie’ – c’est la vaste maison d’Hollywood qui joue la toile de fond de notre interview et de son photoshoot pour Glamour.

Sur le point de crever nos écrans dans le rôle de sa carrière en jouant Fantine, qui s’est faite jeter sans cérémonie par son amant – un ghosting Victorien si vous préférez – délaissée pour élever seule son enfant, nous nous demandons comment, tout comme ce personnage iconique, Lily a navigué dans ses propres douleurs de cœur. « Il y a des moments où [pendant un rencart] j’ai pensé que nous avions passé un super moment et puis je n’ai plus jamais entendu parler du garçon en question. » continue-t-elle. Face à son niveau de magnétisme c’est évident qu’elle a atteint 11 Millions de followers sur Instagram, comptant. « Parfois ça arrive après un rencard, ou plusieurs ou au bout d’un mois. Je préfère les gens qui sont honnêtes avec moi, plutôt que de vivre comme ça. Je pense que c’est quelque chose que je pourrais jamais comprendre. Ce qui est bien c’est que nous avons tous les mêmes problèmes. » Alexa met ‘Thank U, Next’ par Ariana Grande …

Nous avons toutes les deux 29 ans, et nous abordons rapidement cette fameuse crise de la fin de la vingtaine. « Tout le monde à la fin de leur vingtaine traverse un peu ça, parce qu’on arrive dans le fameux 3-0 » me rassure-t-elle. « Mais je pense que j’ai eu une crise ‘quart de vie’ à 25 ans, où je n’arrêtais pas de me demander, ‘Suis-je là où je veux être ?’. Quand j’étais enfant je n’avais pas d’idée précise de quand je voulais me marier et avoir des enfants. Mais j’étais à un âge où je ne cessais de me comparer avec mes amis et les autres personnes dans mon industrie. »

C’est ce niveau de réalisme qui fait de sa performance dans la peau de l’ultime femme déchue, Fantine, quelque chose de tellement accessible, malgré le fait que le tournage s’est déroulé dans une température négative inconcevable à Bruxelles dans une période de cinq mois polaires. Une scène, dans l’épisode d’ouverture, voit une Fantine profondément moderne, accroupie dans les buissons auprès de sa femme de chambre, discutant des demandes en mariage. « Quand le réalisateur, Tom (Shankland) décrivait cela comme ‘Vous allez être accroupi, avoir une conversation’ et j’ai pensé ‘Eh bien, je ne peux pas dire que je n’ai jamais fait ça' » Lily rit. « Les gens font ça depuis des siècles – cette camaraderie entre homme et femme allant aux toilettes et discutant, où tout est question de sous-texte et de look. »

Hélas, la pauvre Fantine n’a pas eu un rival de boite de nuit à la taverne locale, ou Tinder, dans sa lutte pour trouver un chevalier dans une armure brillante qui la sauvera de sa chute inévitable. Swiper à droite n’est pas quelque chose qui intéresse Lily non plus. « J’ai jamais essayé les applications de rencontres » s’exclame-t-elle, ses sourcils signatures se haussant avec énergie. « Beaucoup de mes amis l’ont fait, mais c’est juste que je ne sais pas comment je pourrais le faire. LA est la ville où j’ai passé le plus gros de mon enfance, donc je sais les endroits où je ne rencontrerai personne, et je réalise aussi que c’est quand vous ne regardez pas que vous trouvez. »

Lily a les pieds sur terre, ce qui n’est pas un mince exploit compte tenu qu’elle a grandit dans la gloire en tant que la fille du chanteur de Easy Lover, Phil Collins. Parmi ses proches, peu de visages célèbres, seulement ses amis les plus proches, une brochette d’amis Californiens de la Harvard-Westlake School qui l’ont permis d’atteindre ce terme très prisé : l’équilibre. Elle a travaillé dur pour avoir son moment Destiny Child de femme indépendante.

« Quand j’étais petite, je ne voulais pas que ça fasse partie de mon histoire » confie Lily. « Evidemment, je suis super fière de mon père; j’aime mon père, je suis redevable de toutes les choses que j’ai apprises, mais c’est aussi quelque chose que je voulais faire moi même. J’ai toujours voulu le faire par moi-même et pour moi-même. Il y a tellement de gens qui veulent faire ce que je fais, un nom ne va pas vous donner un travail, et ça ne le devrait pas. Je peux maintenant regarder en arrière et être tellement fière d’avoir réussi toute seule. Les gens croient que c’est beaucoup plus simple quand on a un nom, mais si on est quelqu’un qui ne veut pas l’utiliser, c’est beaucoup plus difficile. »

Ce qui a permis à Lily de prendre les rênes de son destin c’est d’avoir écrit son mémoire, ‘Unfiltered: No Shame, No Regrets, Just Me’ il y a tout juste deux ans, quelque chose qu’elle considère comme « l’expérience la plus cathartique et la plus thérapeutique qu’il soit, d’une manière que je n’avais pas anticipé ». Dans ce livre émotif, Lily confie avoir épilé ses sourcils pour rentrer dans la mode des sourcils fins des filles à l’école, détaille une relation sentimentale abusive inqualifiable, discute son long combat avec ses troubles du comportement alimentaire, et il contient une lettre ouverte, pardonnant son père de ‘ne pas avoir été toujours présent’ pendant son enfance après avoir déménagé du Surrey à Los Angeles avec sa mère, Jill Tavelman suite au divorce de ses parents. Dans une industrie où les vies personnelles sont dissimulées derrière un rideau de velours, c’était plus que courageux.

Tout en se remémorant, Lily détaille comment le livre a pris une direction inattendue. « J’ai réalisé que je portais tellement de bagages que, quand j’ai dû travailler à nouveau, je n’arrivais plus à porter les bagages de mon personnage. J’ai senti comme une trahison envers moi-même si je ne lâchais pas tout ça – ou tout du moins alléger mes épaules, d’avancer et passer à ce nouveau chapitre de ma vie. Dans la vie, quand vous allez au plus profond de vous-mêmes et que vous parlez des choses les plus inconfortables, c’est à ce moment que vous vous connectez aux autres parce que c’est là que vous êtes le plus ‘réel’. Les choses les plus difficiles à dévoiler vont toujours être les plus accessibles, parce que personne ne veut les montrer; c’est étrange. »

Habituée aux excès de bagages, Lily a dû tout laisser à la frontière Française pour jouer ce qui sera probablement le rôle de sa carrière, Fantine. Tandis qu’elle parcours fièrement son téléphone pour me montrer sa transformation, de la débutante raffinée à la femme échevelée aux cheveux rasés, son enthousiasme est aussi grand que ses sourcils alors qu’elle détaille les plus gros défis de ce rôle. « Le matériel, le lieu, la température » elle admet que c’étaient les plus gros challenges. Mais il est clair qu’elle avait du cran. « C’était tellement parfait, mais à un moment il faisait -13° à Bruxelles. Il fallait de la préparation mentale, pas seulement par la psychologie par tout ce qu’elle endurait, mais aussi les conditions épuisantes de tournage dans lesquels nous étions tous. J’étais très peu habillée vers la fin, et il fallait prendre sur soi mentalement. Je me concentre sur la fin. Je plonge à 110%. Si j’ai froid, si je suis fatiguée et meurtrie par le tournage, je me recentre sur ça avec mon personnage. »

Dans une année où la masculinité toxique a conduit à des effusions de l’autonomisation des femmes, il semble que c’est le moment idéal pour revisiter le traitement de ce personnage malheureux ; quelque chose que Lily n’a pas perdu de vue. « Quand elle tombe, elle tombe tellement bas. Mais elle est prête à rester là si elle peut assouvir les besoins de son enfant. C’est très poignant par rapport à ce qu’il se passe aujourd’hui dans le monde. Quand on est au plus bas, on a toujours notre sens de soi et on est prêt à se battre et à utiliser notre voix. Cela a vraiment résonné en moi. »

Comment se sent-elle à la suite de l’année où Hollywood a finalement pris conscience de l’abus de pouvoir ? « C’est génial de voir la camaraderie qui en a découlé. Les femmes qui dénoncent ces problèmes sont acclamées. Que ce soit à propos des écarts salarials ou d’avoir plus de femmes réalisatrices, des scénaristes, et de faire en sorte qu’il y ait autant de autant de femmes que d’hommes sur les plateaux de tournage – heureusement un jour nous n’aurons plus besoin d’avoir cette conversation. C’est mon espoir, que nous n’ayons plus à dire « Je suis tellement contente que tu aies été engagée parce que tu es une femme. Tu devrais être connue pour tes compétences … C’est déjà fantastique, mais ça ne devrait pas être ça qui défini la valeur d’une femme.' »

A cela, Lily se sent plus motivée que jamais. « Ouais, je le suis, à 100% » dit-elle. « J’ai réalisé que je ne peux pas contrôler ce que les autres pensent et ce que je dois dire, mais je peux contrôler ma manière de dire les choses et contrôler d’où ça vient. Tellement de femmes sont sorties de leur silence et ont parlé de choses qui auraient pu provoquer leur fin. Maintenant, nous avons la voix pour parler. Je suis attiré avec tellement de force vers les gens qui sont courageux et qui parlent à voix haute, et qui sont eux-mêmes; alors je me dis ‘pourquoi je ne peux pas être comme eux ?’. Cela demande de la pratique et je n’en suis pas encore à ce point, mais je fais de mon mieux pour tenter de les suivre. »

Cette confiance en soi est précisément la raison pour laquelle Lily a été attirée par le défi de créer et de diriger son propre photoshoot pour Glamour, avec des photos prises sur un téléphone Google Pixel 3 durant un essayage avec ses super stylistes Rob Zangardi et Mariel Haenn. « J’adore exprimer différentes facettes de moi-même » explique-t-elle, faisant référence à la robe Giambattista Valli qu’elle porte sur la couverture. « C’est un processus qui me permet de me surprendre moi-même, de me redécouvrir et de me pousser dans des directions dans lesquelles j’aurais été inconfortables des années auparavant. » Une chose est certaine, vous ne devriez pas sous-estimer cette actrice ‘ultime’ d’Hollywood; elle s’est coiffée elle-même et a demandé avec précision que les photos ne soient pas retouchées.

Loin de Hollywood et de la couture, Lily va vivre sa meilleure vie comme Cameron Diaz dans ‘The Holidays’ pour noël. « C’est le moment où je me déconnecte complètement de mon travail, où je dors et où je suis British – j’adore aller là où personne ne peut m’embêter. J’adore être à la campagne, loin de Londres, avec ma mère. On va chercher notre sapin, on a gardé les décorations de mon enfance. On cuisine. On fait des feux de cheminée et on regarde des vieux films » partage Lily à la manière d’un elfe surexcité.

Il est certain que le biscuit de noël qui va rajouter du piquant à vos festivités sera Lily Collins dans ‘Les Misérables’. De surcroît, mesdames et messieurs, cette star avec ses cadeaux d’une confiance rare est digne d’être suivie, de près et de loin.


Glamour | Décembre 2018 | Traduit par Returns Girls  ©


Advertisement
Projets
Lily Collins est Emily

Sortie: 2020

Emily in Paris suit une américaine du mid-ouest motivée qui s’installe à Paris pour un nouvel emploi.

Kristen Stewart est Norah

Sortie: 08 janvier 2020 (FR)

Une équipe scientifique sous-marine fait face à un tremblement de terre. Sous l’eau, ils vont devoir essayer de survivre.

Kristen Stewart est Jean Seberg

Sortie: 2020

Le récit de la tentative du FBI de faire passer l’enfant de l’actrice Jean Seberg comme n’étant pas le fruit de son mariage mais d’un adultère avec un membre du parti Black Panther. Cette tentative résultait du soutien de l’actrice à la cause Black Panther depuis son adolescence.

Kristen Stewart est Sabina

Sortie: 25 décembre 2019 (FR)

Reboot de la comédie d’action du film de 2000, lui même basé sur la série télévisée des années 1970.

Emma Watson est Meg March

Sortie: 01 janvier 2020 (FR)

Une nouvelle adaptation du classique de Louisa May Alcott, narrant l'histoire de quatre filles de la classe moyenne durant la Guerre de Sécession.

Agenda
COMING SOON!
Photo de la Semaine

Emma Watson - Vogue Australia 2018
Réseaux Sociaux Officiels
  • Facebook - Emma Watson
  • Twitter - Emma Watson
  • Instagram - Emma Watson   
  • Facebook - Lily Collins   
  • Instagram - Lily Collins   
  • Twitter du Site
    Family Sites
    Elites & Top


    VIEW ALL || APPLY
    Informations
  • Webmiss: Alexz, Amandine, Laura, Meghan, Elsa, Helena
  • Contact: returns.girls(@)gmail.com
  • Ouverture: 29 Août 2014

  • Returns-Girls n'est pas le site officiel des actrices. Je n'ai aucun contact avec les actrices, les membres de leur famille, de leurentourage ou de leurs agents. Toutes les photos ainsi que les vidéos appartiennent à leurs auteurs respectifs, pour tous crédits merci de nous joindre. Images and videos credits go to their respectives owners. Please contact us if there's a problem or before taking any legal actions.
    Advertisement